Cher métro parisien : je t’aime

Auteur : Laure

Oui, oui, vous avez bien lu : j’aime le métro Parisien. Plus qu’un simple réseau de transport, le métro, c’est une véritable expérience. Une expérience que je vis déjà maintenant depuis plusieurs années et dont je me lasse pas. #mercilaRATP. Lors de mon habituel trajet du métro en direction du bureau, j’ai commencé à élaborer une liste des différentes raisons pour lesquelles j’aimais le métro. Parce que oui, le métro, c’est pas forcément Disneyland. Mais c’est quand même vachement bien, en toute #sincérité. Je vous vois déjà me juger, mais je vous paris que je vais vous convaincre avec ma liste de ouf. Alors, sans plus attendre, voilà pourquoi le métro, c’est la grosse marade 🙂

La bonne excuse quand on est en retard

 

C’est bien connu : le métro est la meilleure excuse pour justifier un retard. Il suffit de mentionner les mots magiques panne d’exploitationaccident de voyageur ou si vous êtes vraiment en retard, accident GRAVE de voyageur, et c’est bon : vous êtes sauvé.

Ca permet de faire du sport

 

Pas besoin de dépenser une blinde dans un club de gym où on va y mettre les pieds deux fois par an (une fois pour s’inscrire, et une autre fois pour se donner bonne conscience) : il suffit de prendre le métro. Entre les trois millions d’escaliers à grimper (y compris les Escalators en panne), et les couloirs de 10 km de long de Châtelet ou Montparnasse, il n y a pas plus efficace pour faire du sport. Bonus : courir lorsqu’on monte les escaliers. On sait pas pourquoi on le fait, on n’est pas forcément pressé, mais on le fait quand même, parce que voilà. 

On devient le roi du plan de métro

 

Souvenez vous quand vous avez débarqué à Paris et que vous stressiez à l’idée de prendre une ligne sans savoir dans quelle direction vous deviez prendre. Cinq ans plus tard, et vous avez le plan de métro entier dans la tête en mode #prisonbreak. De quoi se la frimer devant ses amis provinciaux qui passent 3 heures à regarder le plan sur le mur avec un air bovin.

On peut se la péter avec son pass Navigo

 

On se sens VIP à passer par le tourniquet réservé à ceux qui ont le Pass Navigo (en regardant les pauvres touristes avec un air hautain bien-sûr). Bon, pour le coup, on oublie qu’on payes l’équivalent de la moitié de notre loyer chaque mois pour ce même pass. C’est beau, le déni.

Ca permet d’étendre ses goûts musicaux

 

Rock en Seine ? Solidays ? Les Vieilles Charrues ? Oubliez, c’est has-been ! Le métro parisien est LE festival de musique de référence, et en plus, c’est ouvert toute l’année.  Il y en a pour tous les goûts : on retrouve les traditionnels Quizas, Quizas, Quizas ou les Amants de Saint Jean mais parfois on tombe sur des perles, comme une reprise de la chanson d’ABBA The Winner Takes It All au violon, ou encore Ave Maria à l’accordéon. On aime.

Le métro rapproche les gens

 

Ah, le métro : l’endroit parfait pour se rapprocher des gens, surtout aux heures de pointe sur la ligne 13 ou 4. Après tout, rien de tel que de se retrouver coincé dans une forêt de bras (et d’aisselles) pour faire de belles rencontres. Comme dirait le Mozart français de notre époque, Patrick Sébastien : “Ha ! Qu’est-ce qu’on est serré, au fond de cette boite, chantent les sardines, chantent les sardines !”

Un moyen de perfectionner sa ‘Resting Bitch Face’

 

Resting Bitch Face, ou RBF pour les intimes, désigne les gens qui ont toujours l’air de faire la gueule, alors qu’en fait, ils sont juste en train de respirer, et leur visage est naturellement en mode “fuck you”. Du coup, le métro est le terrain de jeu parfait pour perfectionner sa RBF, entre les mecs relous qui se collent trop près de toi ou la meuf qui a essayé de te piquer ton strapontin. J’vous emmerde tous. A compléter avec un livre et une paire d’écouteurs, et plus personne ne viendra vous déranger.

Le métro permet de réviser les langues étrangères

 

Nul en anglais, espagnol, allemand ou japonais ? Duolingo, c’est du passé : testez la méthode RATP, sur la ligne 1, 4 ou encore la 5.  Please mind the gap between the train and the platform. Cuidado con el espacio entre el vagón y el andén. Achten Sie auf den Abstand zwischen Zug und Bahnsteigkante.
Ces doux sons exotiques sont même disponibles à l’écoute sur Soundcloud. You’re welcome.

Une véritable réflexion sur la nature humaine

 

Le métro, c’est aussi tout une ribambelle d’individus qui l’empruntent tous les jours. Du coup, c’est un excellent moyen d’observer la nature humaine à son extrême et sous toutes ses formes : le mec bourré à 8h du mat, les gens qui parlent super forts dans le métro (comme si il y avait une règle comme quoi plus tu parles fort, plus tu vas capter) ou encore ceux qui se prennent pour des experts en science politique (cassedédi au mec chelou de Cluny la Sorbonne, croisé le lendemain du 1er tour).

Un moyen de trouver sa prochaine lecture

 

Mon passe-temps favori dans le métro, c’est de regarder ce que lisent les gens. Alors parfois, j’ai grave envie de lire leur bouquin, et puis aux des fois je les juge. Parce que ça juger les gens, c’est aussi un de mes petits plaisirs personnels. #gossipgirlbonjour

Ce qui ne tue pas rend plus fort

 

Comme disait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche, Ce qui ne me fait pas mourir me rend plus fort. Notre cher Friedrich avait sûrement du tester le métro Parisien pour sortir une telle phrase. Koh-Lanta ? Pékin Express ? De la merde en boîte pour les faibles : le vrai parcours du combattant, c’est le métro parisien. Entre les gens qui pissent (et chient) contre le mur, les rats qui se faufilent dans les couloirs et l’odeur de poisson pourri stagnante : si vous réussissez à survivre le métro, vous pouvez survivre à tout. #darwinismesocial

Bonus : ça permet de se déplacer d’un endroit à un autre.

 

Entre autre.

Vous êtes étudiant et souhaitez être averti de la sortie de l'application ?

Vous êtes une asso et souhaitez offrir un service supplémentaire aux étudiants ?

Vous êtes un établissement scolaire public ou privé et souhaitez améliorer le quotidien de vos étudiants ?

Vous ciblez les étudiants et souhaitez les fidéliser ?